RUKANDAMIZI NEWS
  • Accueil
  • > Non classé
  • > BURUNDI-SECURITE:FNL d’Agathon RWASA parti politique ou voix de la rébellion?

BURUNDI-SECURITE:FNL d’Agathon RWASA parti politique ou voix de la rébellion?

C’est ce que pas mal de Citoyens Burundais se posent après qu’un ex-Major des Forces de l’ État Major ait annoncé via la Radio RSF BONESHA FM Lundi le 3 septembre 2012 dans une interview que les FNL vont reprendre les armes pour chasser le gouvernement de NKURUNZIZA et de ses collaborateurs parce qu’il ne cesse de tuer ses membres et le peuple Burundais et aussi encore l’injustice,les arrestations arbritaire des mebres de partis de l’ADC-IKIBIRI et les pillages des biens du pays.Il prétend aussi qu’il est le Général le chef de la branche Militaire du FNL il s’appelle Aloys NZABAMPEMA.Suivez l’intégral de l’interview via le journal hedomaire IWACU-BURUNDI:

Le Général Aloys Nzabampema, au nom de l’État-Major général des FNL annonce dans une déclaration n°001/2012 ” avoir décidé de combattre militairement le Gouvernement au sein de l’organisation dénommée FNL ubugabo burihabwa. “

Par ailleurs, la formation politique lance un appel ” à tout le peuple burundais à la résistance afin de ne pas périr sans secours sous le glaive du Cndd-Fdd pour ainsi empêcher le Cndd-Fdd de précipiter le pays dans le gouffre ! “
Enfin, à la communauté internationale, le FNL Ubugabo burihabwa demande ” de sortir de son silence quand [nous] sommes  massacrés comme des bêtes sauvages, sinon les Burundais risqueront de considérer qu’ils n’ont rien fait pour assister la population en péril. “

Les raisons qui motivent cette reprise des armes annoncées sont notamment :
- dans le domaine de la gouvernance sociopolitique : les assassinats, le bradage des deniers publics, la corruption, les malversations économiques, l’impunité, la destruction des partis politiques de l’opposition, le harcèlement et l’emprisonnement des journalistes et des membres de la Société civile, l’expulsion des diplomates et fonctionnaires des organisations internationales (cas de Mc Asky, Nureldin Satti, Mahmoud Yussef, Charles Petri, Neela Goshal et de Jozef Weiss), l’armement des Imbonerakure
- dans le domaine de la Sécurité et des Droits de l’Homme : mise en œuvre depuis 2005 d’une politique d’extermination des membres du FNL dans une campagne baptisée “mukube ” (traduction donnée : traquez-les )
- dans le domaine de la justice : le nombre de prisonniers politiques a augmenté, l’impunité commis par les membres du Cndd-Fdd est la règle (cf. les dossiers Manirumva, Gatumba, Muyinga, Kinama), le recrutement des magistrats inféodés au parti au pouvoir qui rendent des procès partiaux pour plaire au pouvoir
-  par ailleurs, les élections de mai 2010 ont été fraudées, la victoire du FNL et le parti lui-même confisqués

Mais les FNL d’Agathon Rwasa rejettent toute responsabilité dans les récentes attaques à Bubanza.L’aile des FNL dirigée par Agathon Rwasa nie pourtant, en bloc, via son porte-parole, vouloir reprendre les armes.                                                      JPEG - 71.5 ko

D’après Aimé Magera, porte-parole du FNL d’Agathon Rwasa, tout cela n’est qu’un montage du pouvoir Cndd-Fdd en complicité avec le Général Nzabampema. M. Magera, fidèle d’Agathon Rwasa, parle d’une volonté du gouvernement actuel de continuer à persécuter les membres de ce parti.
« Les FNL constituent un parti politique. On a déposé les armes, on n’est pas comme le Cndd-Fdd qui garde une branche armée, les Imbonerakure (la ligue des jeunes de ce parti au pouvoir,Ndlr) », se défend M. Magera.

« Nous ne sommes pas dans l’optique de faire la guerre au gouvernement, du moins militairement, mais nous le combattons par les idées. Nous voulons la restitution de notre parti », martèle Aimé Magera.

Selon lui, le parti d’Agathon Rwasa ne va plus reprendre les hostilités. « C’est toujours de la manipulation. Le gouvernement veut justifier les récents massacres opérés et les répressions qui s’en ont suivies », fait-il savoir.

Signalons qu’Agathon Rwasa, à travers une cassette audio envoyée aux médias burundais, ce 3 septembre, fustige différentes exécutions qu’il qualifie d’extrajudiciaires. Selon lui, ces tueries ne visent essentiellement que les membres de son parti. Dans son message, il n’a pas parlé de lutte armée contre le pouvoir du Cndd-Fdd.

Rappelons que ce Général Aloys NZABAMPEMA a déclaré que il ne s’alliera jamais avec le pouvoir en place et que il ne travaille pas avec Alexis SINDUHIJE président du parti M.S.D aujourd’hui en éxil et que lui il n’est pas comme d’autres comme le Colonel Pierre KABIRIGI qu’ils verront de ceux qui sont capable d’accomplir sur le terrain.

Comme le noir Anglais l’a dit WAIT AND SEE  (ATTENDONS ET NOUS VERRONS). Et moi je dis  “”<<STRIVE US IN WAITING THE FUTURE AND WE SHALL  SEE>>”" (EFFORCONS NOUS EN ATTENDONS CE QUI VAS SE PASSER L’AVENIR NOUS LE DIRA).

 

 

6 September, 2012 à 12:03


Leave a Reply